Loading...
wgighsah

Marée noire le Mississippi doitil être détourné

first_imgMarée noire : le Mississippi doit-il être détourné ?États-Unis – Alors qu’une opération de pompage du pétrole qui s’échappe dans le golfe du Mexique a été réalisée ce week-end (voir article), les gardes-côtes américains considèrent le Mississippi comme leur “meilleur ami” contre la marée noire. Mais le détourner pourrait engendrer un désastre environnemental s’alarment les écologistes.Depuis le 22 avril, ce sont au moins 800.000 litres de pétrole qui se déversent chaque jour dans la mer. Pour repousser le pétrole qui menace les côtes de Louisiane, les autorités américaines ont déjà détourné de nombreux canaux du Mississippi. Le fleuve “est notre meilleur ami. Il pousse le pétrole et le garde loin du delta” assure le capitaine des gardes-côtes, Edwin Stanton.Le niveau du Mississippi est encore à un haut niveau et les autorités ont décidé d’ouvrir les vannes de centaines de canaux qui lui sont reliés. Le débit des canaux sera alors augmenté à leur embouchure, et les autorités espèrent parvenir à tenir le pétrole éloigné des plages et marais.Mais cette solution inquiète les écologistes qui craignent un véritable désastre écologique. De nombreux poissons et crustacés sont en effet en pleine saison de reproduction, c’est notamment le cas des crevettes. Le flot qui arrive dans les bayous “pousse les jeunes crevettes directement dans le pétrole et on va toutes les perdre” avertit Clint Guidry, président de l’association des pêcheurs de crevettes de Louisiane. L’État est le premier producteur de poissons et de fruits de mer aux États-Unis.Clint Guidry estime par ailleurs que l’eau qui est déversée par le Mississippi est “de la mauvaise eau, non traitée”. D’après lui, “avec les inondations dans le nord du pays”, de grandes quantités de produits chimiques “qui sont à terre, dans les villes, se retrouvent dans le Mississippi” et désormais dans les marais.Comme le souligne Paul Horsnan, spécialiste du pétrole pour Greenpeace, “tout le monde évolue en terrain inconnu, cette situation est inédite”. Mais si toutes les solutions doivent être envisagées, les “techniques mises en œuvre pour s’attaquer à la marée noire ne doivent pas créer davantage de dommages à l’environnement” rappelle-t-il.Le 17 mai 2010 à 18:28 • Emmanuel Perrinlast_img

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *